Surmonter les défis auxquels font face les collectivités nordiques, éloignées et rurales

Rural northern remote challenges_blog header

En avril dernier, le Congrès national de l’ACHRU a présenté une fascinante série de sessions qui a permis de plonger au cœur des principaux enjeux du secteur de l’habitation et de l’itinérance. Les conférenciers Zain Abedin, alors directeur du développement communautaire au Rural Development Network et Magda Barrera, conseillère principale au Centre ontarien de défense des droits des locataires, ont discuté avec l’assistance des défis et des possibilités propres aux collectivités rurales, éloignées et nordiques. Continuez votre lecture pour en savoir plus.

 

L’Initiative de logement durable du Rural Development Network

Zain Abedin, alors directeur du développement communautaire au Rural Development Network

Le Rural Development Network (RDN) est un organisme sans but lucratif qui travaille à régler les enjeux auxquels font face les collectivités rurales, comme l’habitation et l’itinérance. En 2015, le RDN (connu alors sous le nom d’Alberta Rural Development Network) a cherché à savoir comment il pouvait aider les communautés rurales de l’Alberta. Il a découvert que le développement de logements abordables était en tête des préoccupations de nombreux répondants.

Pour faire face à ce besoin, le RDN a mis en place l’Initiative de logement durable (ILD), un programme qui aide les collectivités et les organisations en milieux autochtones, nordiques, éloignées ou rurales, et même quelquefois des centres urbains, à réaliser le travail d’avant-projet et à accéder au financement pour développer du logement abordable.

Le RDN a découvert que les principales difficultés qui limitent les plus petites collectivités albertaines dans leur capacité à développer du logement abordable étaient le manque de compétence, de ressources et de soutien. Avec ces enjeux en tête, l’ILD travaille à redéfinir le logement abordable et à créer des projets financièrement viables qui n’ont pas besoin de compter sur du financement pour l’exploitation. En appuyant ces collectivités, le RDN joue le rôle d’un intermédiaire pour aider les collectivités en négociant avec les agences de financement, ayant constaté que la principale pierre d’achoppement dans le développement de logements abordables était la capacité d’accéder à un financement. Grâce à l’ILD, le RDN peut aider des collectivités dans leur objectif de créer des ensembles de logements abordables, incluant Peavine Métis Settlement, Banff, et Whitecourt.

Reconnaissant le besoin pour ce type d’appui ailleurs au Canada, le RDN a travaillé avec un comité consultatif national pour créer un guide étape par étape pour du logement abordable, qui a été lancé en 2019. Ce guide permet aux collectivités d’utiliser le modèle du RDN pour développer elles-mêmes du logement abordable, depuis les premières étapes de la conception du projet jusqu’à son exploitation et son entretien. Depuis son lancement, quelque 900 personnes et organisations différentes ont téléchargé le guide qui a reçu le prix Toit d’or pour l’excellence en recherche sur le logement de la SCHL.

Le RDN continue la promotion du guide dans le pays et offre des services de consultation aux groupes qui ont besoin d’appui additionnel. Il travaille actuellement avec la Fédération canadienne des municipalités, la Société canadienne d’hypothèques et de logement, le New Commons Development, la Société du logement communautaire d’Ottawa et d’autres partenaires pour publier une nouvelle version du guide.

Pour en savoir plus sur le RDN : Sustainable Housing Initiative et son Step-by-Step Guide to Affordable Housing

 

Le Nord chez soi : les défis du logement dans le Nord de l’Ontario

Magda Barrera, conseillère principale au Centre ontarien de défense des droits des locataires

Le Nord chez soi, créé en collaboration par le Centre ontarien de défense des droits des locataires (ACTO) et Advocacy North explore les défis et les possibilités pour le logement dans le Nord de l’Ontario avec un accent sur le logement locatif. Lors d’un forum de deux jours tenus en octobre 2019, des résidents du Nord de l’Ontario, auxquels se sont joints des représentants de cliniques juridiques communautaires, des fournisseurs de logements et des services de santé, ont partagé leurs expériences en matière de logement dans le Nord. Le suivi de la recherche comprenait des entrevues avec des organismes de logement sans but lucratif, des fonctionnaires municipaux de logement, des fournisseurs de services de district et des employés de cliniques juridiques.

Parmi les enjeux clés du logement dans le Nord ontarien, on trouve ;

  • Le vieillissement du parc
  • Le peu de construction
  • Le grand besoin de réparations
  • Un manque dans l’offre de logement locatif

À ces problèmes s’ajoute une foule de défis propres à la région, notamment le déclin de la population, en particulier dans les petites collectivités, les coûts élevés des matériaux de construction, le manque de gens de métier qualifiés pour les projets de construction et une saison de construction plus courte en raison du climat. Les partenaires du projet ont également indiqué qu’étant donné les coûts élevés, la construction de logements pour location n’est probablement pas réalisable financièrement sans l’aide du gouvernement, qu’ils estiment difficile à obtenir lorsqu’ils sont en concurrence avec les grandes villes pour les mêmes sources de financement.

Les participants de Le Nord chez soi, toutes tendances confondues, ont identifié les problèmes fondamentaux suivants auxquels sont confrontés les locataires

  • Un manque de logements locatifs abordables
  • Un choix limité de logements, ce qui conduit souvent les locataires à devoir faire face à des conditions de logement médiocres, à des dégradations ou à un environnement dangereux
  • Le manque de disponibilité de logements sociaux

Il faut ajouter à ces défis un besoin croissant de soutien au logement et le coût élevé des réparations, en raison d’une altération plus rapide dans le climat nordique.

À l’issue de la période de consultation, le projet « Le Nord chez soi » a permis de définir cinq grandes priorités pour améliorer la situation en matière de logement dans le Nord de l’Ontario :

  1. Conserver le parc actuel. Augmenter le financement des réparations pour le logement locatif et de l’aide aux propriétaires, et améliorer l’application des règles de réparation et d’entretien des logements locatifs.
  2. Conserver les immeubles. Transformer les immeubles vacants comme moyen plus rapide et moins coûteux pour développer du logement abordable.
  3. Donner la priorité au développement du logement sans but lucratif. Augmenter le développement sans but lucratif pour assurer l’abordabilité à long terme et répondre aux besoins des ménages à revenus faibles ou modiques.
  4. Partenariats et coordination des services. L’intégration des services favorise l’accès au soutien pour les locataires.
  5. Prévention des évictions. Plus de services et de programmes pour aider les personnes à garder leur logement.

En apprendre plus sur Le Nord chez soi (en anglais) et ses résultats.

 

Toute la population du Canada mérite d’avoir accès à un logement sûr, abordable et approprié. Les défis auxquels font face les collectivités rurales, éloignées et nordiques sont d’une importance capitale pour le secteur du logement et de l’itinérance au Canada. Pour y faire face, nous devons nous éloigner d’une approche à l’emporte-pièce pour le logement communautaire et nous concentrer sur des solutions novatrices qui répondent aux défis uniques auxquels ces communautés sont confrontées. Nous invitons les lecteurs à consulter les liens figurant dans cet article pour en savoir plus.

Ce texte a été écrit en collaboration avec le RDN et l’ACTO.